fbpx

Faq’s

Questions fréquemment posées

Si vous avez des questions, vous pouvez nous contacter à tout moment. Sur cette page, nous avons rassemblé les questions les plus fréquentes. Voyez si nous pouvons répondre à votre question ici.

Ces recommandations conduisent à la promotion d'une alimentation saine, riche en fibres, à faible densité énergétique, adéquate par rapport aux macronutriments et aux antioxydants. Il s'agit donc d'une recommandation qui favorise le maintien d'un poids santé, le maintien de la santé et la prévention des maladies chroniques.
99% des études chez l'homme montrent une moindre sensation de satiété et une intensification de la faim dans les régimes à indice glycémique élevé. Les recommandations diététiques actuelles devraient non seulement conseiller de réduire la consommation de matières grasses, mais aussi de choisir le type de matières grasses et le type de glucides. En ce qui concerne les glucides, il faut éviter ceux très simples et raffinés afin que l'absorption et la digestion ne soient pas altérées, entraînant les conséquences physiologiques déjà décrites. Les aliments à faible indice glycémique sont plus riches en fibres et en particulier en fibres solubles, favorisant le remplissage de la cavité gastrique, ce qui conduit à une plus grande sécrétion de cholécystokinine (CCK). Ainsi, d'une autre manière, les aliments à faible indice glycémique induisent à nouveau une sensation de satiété.
Pour maintenir la glycémie, le corps utilise certains mécanismes de régulation. La consommation d'aliments à indice glycémique élevé modifie ce mécanisme d'autorégulation. Dans la première heure après un repas à indice glycémique élevé, la concentration de glucose peut être le double de celle trouvée après un repas à indice glycémique faible, avec les mêmes nutriments et la même quantité de calories. Cette hyperglycémie relative stimule la sécrétion d'insuline (l'hormone responsable de l'utilisation du glucose) et inhibe la sécrétion de glucagon (une hormone qui permet l'utilisation des réserves de l'organisme). Dans cette situation, il y a une réponse métabolique exagérée qui comprend une plus grande absorption des nutriments, avec la formation de réserves comprenant les tissus adipeux. Après les deux premières heures d'un repas à indice glycémique élevé, il y a une baisse soudaine de la glycémie, qui se traduit par une sensation de faim.
Des études démontrent qu'en prolongeant le temps d'absorption, il est possible de réduire l'apparition de certaines maladies chroniques. Avec la réduction de l'indice glycémique de l'alimentation, il y a moins de production d'insuline, un meilleur maintien de la glycémie et une réduction de la lipidémie. Ces facteurs jouent clairement un rôle important dans la prévention et le traitement de maladies telles que l'obésité, le diabète, les maladies cardiaques et même certains types de cancer.
Les facteurs qui influencent la réponse glycémique sont la nature de l'amidon, la quantité de monosaccharides (fructose, galactose), la présence de fibres, la cuisson ou la transformation, la taille des particules, la présence de facteurs antinutritionnels tels que les phytates, et la proportion d'autres macronutriments (protéines et lipides). L'indice glycémique indique comment le glucide est digéré, absorbé et utilisé.
Les glucides ou les sucres sont principalement responsables de l'apport d'énergie. Tous les types de glucides, lorsqu'ils sont digérés, se transforment en glucose, mais leurs effets physiologiques dépendent de la capacité d’augmenter la glycémie. En 1981, Jenkins et al. ont proposé un nouveau système de classification des glucides selon la réponse glycémique ou l'indice glycémique. Les différents aliments sources de glucides entraînent des réponses glycémiques différentes et l'indice glycémique est défini en fonction de cette réponse glycémique postprandiale, par rapport à un aliment (généralement le glucose).